Un, deux, trois…, Agatha Christie

Un, deux, trois..., Agatha Christie dans EUROPE 9782702424681-V

4ème de couverture :

On a beau s’appeler Hercule Poirot, on se sent bien peu de chose, renversé dans le fauteuil du dentiste, prêt pour le supplice. L’illustre détective est beaucoup plus à son aise en face d’une affaire criminelle embrouillée.
Qu’à cela ne tienne ! Cette séance humiliante va donner à Poirot l’occasion de montrer son extraordinaire talent.
D’abord parce que le dentiste va mourir de façon peu naturelle. Ensuite, parce que ses patients vont être victimes, l’un après l’autre, d’une série noire angoissante.
De quoi requinquer le plus grand détective de tous les temps après un plombage douloureux…

Mon avis :

En visite sur le blog de Gaël dernièrement, j’y ai découvert sa dernière lecture : « Cinq petits cochons » d’Agatha Christie. Et là une envie subite m’a pris de lire au plus vite un roman de la grande dame du crime. Ne possédant pas ce roman dans ma bibliothèque, j’ai jeté mon dévolu sur « Un, deux, trois… ». Je dirais qu’il s’est à peine passé deux minutes entre le moment où j’ai terminé ma lecture du billet de Gaël et le moment où j’ai commencé celle d’ « Un, deux, trois… ». Et ce fut un réel plaisir de retrouver l’univers d’Agatha Christie et bien plus encore son détective belge au crane ovoïde et à la moustache si parfaite, j’ai cité : Hercule Poirot.

Quand celui-ci apparaît au début du bouquin, il se rend chez son dentiste, avec bien peu d’enthousiasme il faut le dire (mais qui pourrait lui en vouloir de ne pas faire montre d’un peu plus de témérité?). Et par déformation professionnelle, à peine arrivé dans la salle d’attente, le voilà qui commence à observer les autres patients essayant de déceler sous leur apparence la personnalite qui s’y cache.

Quelques heures plus tard, alors que Poirot se remet de cette éprouvante incursion de son palais, l’inspecteur Japp de Scotland Yard l’informe du suicide du susdit dentiste, qui fera écho au décés survenu peu de temps après d’un patient présent le même jour que Poirot. La police conclue alors à l’erreur médicale qui aurait causé la mort du patient et, par un violent sentiment de culpabilité, au suicide du praticien.

Mais cette conclusion apparaît comme bien trop facile et arrangeante pour notre détective. Et il suffit de la disparition d’une autre patiente présente elle aussi le jour fatidique, pour lancer la machine infernale de l’enquête.

S’ensuivent alors les visites souvent impromptues (ou improvisées comme tel) de Poirot à nos différents protagonistes, ses questions les plus sournoises sans en avoir jamais l’air, ses remarques qui font mouche et qui dérangent, et ses réflexions qui donnent à penser qu’il a trouvé la clé de l’énigme tout en nous laissant continuer à gamberger (du genre : « Ah, c’était donc ça… » ou alors « mmmh, je crois comprendre…. » et encore « humm, elle n’est pas aussi innocente que cela la petite… »).

Et moi, j’essaie tant bien que mal de mener aussi mon enquête en petite Poirette que je suis, persuadée à chaque page d’avoir trouvé mon coupable, sans résultats d’ailleurs.

Mais si dans « Les dix petits nègres » la révélation de l’identité du meurtrier tenait du tour de force et que j’aurais été bien en peine de la découvrir, ici j’ai été un peu déçue lors du dénouement car je l’ai trouvé bien compliqué et farfelu. Mais la déception ne dure jamais bien longtemps avec Agatha. J’en aurais bien relu un aussitôt celui-ci terminé, s’il n’y avait déjà un autre livre qui m’attendait, entamé précédemment à « Un, deux, trois… ».

Alors en lectrice consciencieuse et appliquée, j’ai reposé « Un, deux, trois… » à sa place dans la bibliothèque sans laisser flâner ma main sur les quelques livres suivants du même auteur, et j’ai repris ma lecture antérieure (« De Niro’s game ») sans beaucoup d’enthousiasme je l’avoue….

Je pense bientôt retourner me balader dans ce coin-là de ma bibliothèque, pour tenter d’améliorer mes piètres talents de détective dans l’espoir un jour de doubler Poirot dans la course au coupable….

15 Réponses à “Un, deux, trois…, Agatha Christie”

1 2
  1. Mamounette dit :

    En digne fille de ta Mamounette, tu apprécies les romans d’Agatha Christie… quand je pense qu’une certaine « élite » (hum!!!!) se refuse à la lire sous pretexte que ce n’est pas de la « bonne littérature » !!!

    J’adore les romans Agatha Christie… surtout ceux avec Poirot… et tout comme toi, je relirais avec plaisir et enthousiasme, la majorité de ces romans…. mais pour ça, j’attendrai mon retour en France, pour t’emprunter les tiens!!!!! MDR!!
    Bravo pour ce commentaire plein d’humour…

    Gros bisous ma petit… Poirette!!!!!!!!!!

  2. kathel dit :

    Bonsoir à toi ! Une petite surprise t’attend sur mon blog, si tu veux !
    http://lettres-expres.over-blog.com/article-23361893.html

  3. Ys dit :

    C’est très drôle parce qu’hier, en visitant le blog de Chimère, je suis tombée sur son billet sur une bio d’Agatha Christie et aujourd’hui samedi je m’asseois dans mon canapé et vois la longue rangée orange sur l’étagère la plus proche : pof, je tends le bras et je viens de finir « Pourquoi pas Evans »

  4. kesalul dit :

    @ Mamounette,

    Je suis bien d’accord avec toi mamounette, et ça sera avec plaisir que je te prêterai mes bouquins d’Agatha Christie à ton retour en France.

    Bisous ma mamounette

  5. kesalul dit :

    @ Kathel,

    Désolée, suis un peu longue à la détente, je vais aller voir cela. Merci en tout cas.

  6. kesalul dit :

    @ Ys,

    Il faut croire que c’est la saga Agatha en ce moment. Moi, c’est Gaël qui m’a donné l’envie de relire les livres de cette romancière.

  7. Suzanne dit :

    Bonjour,
    je cherche à vous joindre à propos d’une opération organisée par le site http://www.Chez-les-filles.com et une maison d’édition parisienne, pourriez-vous m’écrire à mon adresse suzanne@chez-les-filles.com ?
    Cordialement, Suzanne

  8. anjelica dit :

    J’ai lu ‘Agatha Christie’ à l’adolescence et j’en garde un très bon souvenir. Je crois me rappeler que celui qui m’avait plu le plus c’était ‘dix petits nègres’.

  9. kesalul dit :

    @ Anjelica,

    J’en lisais aussi beaucoup quand j’étais ado et tout comme toi j’en gardais un très bon souvenir. Et maintenant, j’ai envie d’en relire quelques uns.

  10. choupynette dit :

    Comme beaucoup, j’ai découvert Agatha et hercule à l’adolescence, et j’ai adoré! cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas lue, mais comme toi, Gaël m’a donné envie de m’y remettre!

1 2

Laisser un commentaire